digital city and virtual worlds

27.10.20

La Covid-19, accélératrice et amplificatrice des fractures numériques

J'ai le plaisir de vous annoncer la publication de mon texte "La Covid-19, accélératrice et amplificatrice des fractures numériques", pour la Chaire Digital, Gouvernance et Souveraineté, de Sciences Po.

« La période de confinement, et la crise sanitaire, sociale et économique que nous vivons n’a fait qu’accélérer la place du numérique dans notre société et amplifier les risques d’exclusion lui étant liés, rendant, de fait, la problématique de l’inclusion numérique plus actuelle que jamais. »
©ARCEP

Dans ce policy brief, je passe en revue les différentes inégalités (d’accès, d'équipements, de compétences) que couvre l’expression de « fracture numérique », mises en exergue par le confinement. Voici quelques unes des conclusions / recommandations :

  • L’accès au réseau internet à domicile en « bon haut débit » doit être considéré comme un service universel afin d’en assurer un accès, de qualité et à un prix abordable, partout et à tous. Une tarification sociale doit être imaginée.
  • Des dispositifs facilitant l’acquisition ou le prêt de matériel pour les ménages économiquement fragiles doivent être développés et adaptés aux usages effectifs et souhaités des personnes. Des solutions solidaires pour faciliter le reconditionnement d’équipements issus de parcs informatiques d’entreprises et d’administrations doivent être étudiées.
  • Comme le préconise le Sénat (2020), l’inclusion numérique doit être proclamée priorité nationale et service d’intérêt économique général et un milliard d’euros doit être alloué à la lutte contre l’illectronisme, soit quatre fois plus que ce qui est prévu par le plan de relance de septembre 2020. Cela doit notamment servir à développer, professionnaliser et sécuriser l’intermédiation numérique (Cour des comptes, 2019), en formant plus de médiateurs numériques, ainsi que des médiateurs sociaux au numérique, sans que cet aspect ne devienne pour autant leur champ d’expertise.
  • Des programmes de formation au numérique tout au long de la vie doivent être envisagés pour faire face à sa complexité croissante et l’évolution rapide des usages dans de nombreux domaines : démarches administratives, éducation en ligne, sécurité des données personnelles (sanitaires notamment), etc.
  • Face à la dématérialisation grandissante des services, la période de confinement a permis de révéler, tel un test grandeur nature, la nécessité de maintenir un accueil physique (présentiel) pour accompagner les personnes les plus démunies face au numérique. L’accessibilité temporelle et spatiale de ces lieux doit également être améliorée.
 
Vous pouvez retrouver l'ensemble de ces conclusions dans le texte disponible ici : La Covid-19, accélératrice et amplificatrice des fractures numériques (PDF)

Aucun commentaire:

Publier un commentaire