digital city and virtual worlds

18.7.13

WeAreData, une carte d'agrégation de flux de données à la sauce (manquée) Watch Dogs


Depuis quelques mois déjà, les gamers sont au courant de la prochaine sortie du jeu Watch Dogsproduit par Ubisoft (studio Ubisoft Montréal). Ce GTA-like se déroule dans un Chicago hyper-connecté et relié à un système de contrôle central appartenant à des sociétés privées.
En complément de cette carte postale, voici une description du jeu issue du site Jeuxvideo.com qui vous permettra de mieux en comprendre le scénario :
"Aiden est à la fois un hacker brillant et un escroc de première catégorie, dont le passé criminel a mené sa famille à la tragédie. Depuis, il est obsédé par la surveillance et la protection de sa famille qu'il épie d'ailleurs 24h / 24h. Malheureusement, ses erreurs passées le rattrapent et causent un nouveau drame, ce qui pousse Aiden à devenir malgré lui un « Vigilante Hero » qui décide de traquer les responsables de son malheur, tout en faisant justice lui-même au sein d'une ville de Chicago désormais sous la régence du système informatique CTOS (Central Operating System). Coincé entre la police, qui n'aime guère les justiciers indépendants, et les individus belliqueux cherchant à le détruire, Aiden devra utiliser ses talents informatiques et son hyper-connectivité pour parvenir au fin mot de l'histoire…"
© Jeuxvideo.com - Watch Dogs (click the image to enlarge)

© Ubisoft - le système de surveillance CTOS (click the image to enlarge)

Le ctOS, où le système de contrôle informatisé propre à la ville de Chicago dans le jeu vidéo, permet de contrôler les données de nombreuses infrastructures urbaines, mais aussi de hacker les réseaux de transports (circulation routière, métro), le réseau électrique, de visionner ce que voient les caméras de surveillance, etc. Tous ces possibles vont permettre au personnage de récupérer des données, d'identifier les personnes à pourchasser, d'échapper à la police, etc.

Mais comme le martèle l'éditeur, cet environnement est "une réalité", il "n'y a rien de fictif" puisque l'environnement reproduit en quelque sorte la figure de la "Smart City" ou "ville intelligente". Ainsi, en marge du jeu (ou pleinement dans son plan de communication), Ubisoft a lancé un site internet intitulé "WeareData", dont vous trouverez ci-dessous le trailer de présentation ainsi que le making of. Ce site internet permet d'accéder à certaines données publiques des villes de Paris, Londres et Berlin, ainsi qu'à des données issues des réseaux sociaux.






Pour le moment, je n'ai pas encore testé l'application mobile (ou site mobile) comme cela est présenté dans le making of, mais j'ai néanmoins passé un peu de temps sur le site internet. Si l'on peut admirer quelques instants les pastilles de couleurs correspondant aux métros se déplacer le long de leurs tracés, la carte se révèle malheureusement très statique.
Certes, elle regroupe les flux Twitter, Foursquare, Flickr, etc., mais le fait de devoir choisir une zone délimitée (arrondissement, quartier, etc.) pour consulter les données empêche toute vue panoptique du territoire de la ville et, de ce fait, l'actualisation en temps réel des données à une échelle suffisante. Autrement dit, on ne voit pas "le pouls de la ville" comme peut le proposer un site comme Tweetping par exemple. Tel n'est peut-être pas l'objectif des concepteurs de ce site, mais le résultat donne l'impression d'une carte statique avec des données déjà collectées (même si les dates par exemple permettent de constater qu'il s'agit bien des twitts du jour).


© WeareData - image du site Web (click the image to enlarge)

De même, si les concepteurs avaient réellement voulu nous "immerger" dans la carte (dixit le making of), il aurait fallu permettre à l'utilisateur de "plonger" dans celle-ci. Malheureusement, les données cliquables ne font que nous renseigner sur les réseaux téléphoniques disponibles à un endroit spécifique (2G, 3G), sur le nombre de cibles potentielles de tel emplacement publicitaire, sur le nombre de vélos disponibles pour telle ou telle borne de Vélib, etc. Or, si la position des feux de circulation est indiquée, tout comme celles de certaines caméra de vidéosurveillance, on aurait aimé "voir à la place de" ce feu ou de cette caméra. 
Il semble évident que le site ne peut pas proposer de voir ce que filme la caméra de surveillance (comme cela l'est dans le jeu), mais nous aurions au moins aimé avoir des photos possibles de la zone filmée, un mode streetview en quelque sorte. Alors, le fait de révéler la ville, de la montrer au travers des artefacts disposés sur cette carte aurait eu du sens. On pourrait continuer à développer des idées en ce sens, et imaginer par exemple que certaines options de cette carte soient "hackable": la photo d'un lieu ou le mode street view ne serait disponible qu'àprès la résolution d'une petite énigme, d'un code à trouver, etc.

© WeareData - image du site Web (click the image to enlarge)

Enfin, on aurait aimé un complément d'informations quant à certaines données indiquées. Je dois dire qu'un taux de criminalité de 589 ‰ ("Nombre de crimes enregistrés par la police pour 1000 habitants par an) dans le 1er arrondissement me laisse particulièrement perplexe. Pour le coup, Ubisoft n'est responsable de ces chiffres (et il y a certainement une raison à ce chiffre), mais on aimerait (j'aimerais) par exemple savoir de quand datent ces statistiques. Ainsi, pour chaque quartier, il est par exemple indiqué le salaire moyen par habitant, le taux de chômage et le taux de criminalité, mais on ne sait pas à quelle(s) année(s) ces chiffres font référence.
WeareData propose finalement une map d'agrégation de flux de données sans réellement aller plus loin. Les idées ne manquent pourtant pas pour rendre cela plus ludique et le terreau de WatchDogs aurait dû inspirer les concepteurs à développer des idées autres que celles que nous entendons, voyons, ingurgitons quant aux "Smart City"... 


--
Sources :
Site officiel Watch Dogs : http://watchdogs.ubi.com
Watch Dogs - WeAreData : http://wearedata.watchdogs.com
Jeuxvideo.com : http://www.jeuxvideo.com/jeux/pc/00045246-watch-dogs.htm

16.7.13

Rennes, la ville archipel : livre

Jean-Yves Chapuis 
Rennes, la ville archipel 
Entretiens avec Jean Viard 
Paris, Éditions de l'Aube, 2013. 176 pages, 12,5 x 19 cm, broché. 
14 euros


Le coeur du sujet de ce livre est la métropole rennaise. Jean-Yves Chapuis connaît la situation puisqu'il a construit la politique urbaine de Rennes. Répondant au sociologue Jean Viard, spécialiste de l'aménagement du territoire, il nous parle de la conception de la ville archipel, devenue non plus un refus de la ville mais un essai d'inventer la ville et de tenir compte du fait que la ville n'est pas figée. 


La notion de ville archipel étant une notion sans cesse en évolution, Chapuis invite à construire un récit politique donnant une vision urbaine à nos concitoyens, incluant les questions d'agriculture, de développement durable, d'énergie, des nouvelles formes urbaines, d'économie, d'éducation… 


Un entretien passionnant pour qui s'interroge sur la ville - et la vie - de demain.


Source et commande ici : http://bit.ly/1dBLeDE

11.7.13

RennesCraft : La ville de Rennes dans Minecraft

Du 27 au 30 juin 2013, c'est tenu la "Faîtes du Numérique" à Rennes, dans le cadre des ETES TIC de Bretagne (nom qui couvre désormais "toute manifestation de promotion du numérique en Bretagne, se déroulant entre le 21 juin et le 21 septembre 2013 et étant d'intérêt régional").

Lors de ces journées, l'événement « Connexités » s’est intéressé à la dialectique "ville réelle / ville virtuelle" en questionnant les usages des technologies numériques "sur, et à partir, de l’espace public." Si l'on peut souligner le très beau programme des 27 et 28 juin, je souhaite simplement présenter l'atelier Minecraft piloté par l'association rennaise 3 HIT COMBO.

En voici une présentation plus précise disponible sur le site de l'association :

"Lors de Connexités les 27 et 28 juin Place Hoche à Rennes, nous allons initier une expérience au local et en ligne avec Minecraft : crafter la ville de Rennes, en partant directement d’une carte fidèle à la géographie du territoire! En collaboration directe avec les services d’information géographique de Rennes Métropole, il sera proposé aux joueurs rennais de venir imaginer leur ville dans Minecraft. Vous voulez déjà construire la ligne C de métro (ou peut être installer un tramway, qui sait), faire des montagnes russes au dessus de la place Ste Anne, ou créer une tour plus haute que les Horizons ? A vous de jouer !"
© Facebook - Rennes Craft
Un des points particulièrement intéressant est que l'espace de construction s'est basé sur des données 3D fournies par le Système d'Information Géographique (SIG) de la ville de Rennes et de Rennes Métropole (notamment via le site de l'Open data rennais).


© 3hitcombo.fr - "Carte RennesCraft"

© 3hitcombo.fr - "Premier essai d’import de cartographie de Rennes dans Minecraft : réussi !"

© 3hitcombo.fr - "A vous de venir crafter les Champs Libres Bis"

Malheureusement, je n'ai pas pu me rendre à Rennes pour cette manifestation, mais je souhaite saluer les différents acteurs du territoire rennais pour les explorations qu'ils continuent de mener dans la construction ou dans l'exploration des usages possibles des villes en trois dimensions : Rennes Citévisions, les Transmusicales de Rennes dans Second Life et maintenant un atelier Minecraft "grâce auquel le public pourra construire, observer ou modifier la Ville de Rennes".

De même, dans le cadre de mes recherches sur les villes en 3D, je vais tenter de trouver des matériaux (images/vidéos, témoignages, etc.) à exploiter (@Hugobiwan si tu m'entends). Bref, pour le moment, je n'ai pas le temps de me pencher plus précisément sur ce sujet, mais je tenais simplement à promouvoir cette initiative par le biais d'un simple billet.

--
Sources :

- 3 hit combo : http://www.3hitcombo.fr/2013/06/13/rennes-craft
- Connexités, les rencontres numériques de Rennes : http://connexites.rennes.fr