digital city and virtual worlds

21.2.13

Retour (tardif) sur l'exposition "Ville magique"



Il y a quelques semaines, je me suis rendu à l'exposition "Ville magique", à Lille, au LAM* (expo du 29 septembre 2012 au 13 janvier 2013) lors de la nouvelle édition de lille3000, Fantastic 2012. Elle réunissait plus de 200 peintures, dessins, collages, photographies et films, structurés en quatre thèmes que je présente ici. J'avais écrit ce texte en rentrant de l'expo sans jamais le mettre sur ce site, voilà qui est maintenant réparé.


La ville verticale : La première partie de l'exposition met en scène Manhattan et sa verticalité. Le gigantisme de la ville impose un changement de point de vue : la ville ne peut être décrite que de façon fragmentaire. Les premières œuvres adoptent un point de vue en contre-plongée permettant de souligner la hauteur et la « pesanteur » des bâtiments. Le ciel, point de fuite de l'ensemble des toiles, est partiellement représenté, voire absent. Devant le tableau de Georgia O’Keeffe, City night, l'observateur est pris dans l'étau des alignements architecturaux. Les bâtiments enveloppent l'individu, ils l'empêchent de s'extirper vers un ciel immaculé. La verticalité de la ville est imposante, pesante, vertigineuse. Au fil des toiles, l'individu est peu à peu représenté. Il est à la fois isolé et minuscule. L'imaginaire du gigantisme se lie à celui de la solitude. Cette évolution marque l'enthousiasme et l'ivresse des artistes de l'entre-deux-guerres vis-à-vis des villes qui attirent les foules et qui « explosent » démographiquement. Pour autant, à l'image des toiles de Karl Völker, si l'individu n'est plus isolé au milieu des buildings, il l'est au milieu de la foule.

La ville chaos : La critique des artistes se déplace du rapport individuel/collectif à celui de la lutte des classes avec, en œuvre phare de cette seconde partie, Metropolis, de Fritz Lang. Les métaphores de la fourmilière humaine et de la ville machine se lient pour donner corps à une nouvelle Babel, ville brouillonne automatisée qui ne s'arrête jamais. Cette symphonie urbaine est explicite au travers du film de Walter Ruttmann, Berlin symphonie d’une grande ville, mais elle est également le reflet d'une partition hétérogène. New-York et Berlin sont les figures d'un chaos urbain que le collage de Paul Citroen, intitulé également Metropolis, résume parfaitement : saturation de l'espace et des sens, juxtaposition des points de vue, espace labyrinthique, telles sont les visions des artistes de la grande ville des années 20.

La ville, théâtre de l'inconscient : La ville est pensée comme théâtre de l'imaginaire et de l'étrangeté, miroir de l’inconscient et théâtre de la mémoire. La composition de l'image retrouve une répartition plus cohérente entre les éléments. Le ciel et le sol sont représentés et le point de fuite est le plus souvent central : l’espace semble fonctionnel et organisé. Les surréalistes réinvestissent la ville pour la ré-humaniser. Ils la décrivent tour à tour comme un organe ou comme une archéologie de soi. Lieu de fantasmes et de désirs, de souvenirs et d'intimité, les œuvres de Paul Delvaux, de Magritte ou encore de Maddox se lient aux ouvrages de Louis Aragon et d'André Breton pour décrire des villes (comme Paris) au travers d'une composition de strates antiques et modernes. Comme l'inconscient, la ville est le lieu d'une perpétuelle reconstruction / déconstruction.

La ville noire : Fil conducteur de l'exposition, le septième art introduit également cette dernière partie avec le film Dark Passage de Delmer Daves. Lieu du crime, la ville est irréversiblement le lieu de l'enquête. La figure du détective se mêle alors à celles du criminel et de la femme fatale, dévoilant par la même occasion la relation profonde que le personnage de détective entretient à celle du flâneur baudelairien. Il semble égaré, perdu, seul, mais il connaît la ville nocturne et ses secrets. La ville devient alors un personnage à part entière, possédant ses lieux atypiques, ses recoins et ses ambiances spécifiques, que les photographies de Willy Ronis ou de Brassaï illustrent parfaitement. Les personnages et la ville jouent ensemble avec les ombres et des lumières que les gravures de Marin Lewis mettent magistralement en scène.




Lille métropole musée d’art moderne d’art contemporain et d’art brut.

12.2.13

Cycle de conférences "Ville Biomimétique, Ville de demain"

Une annonce reprise sur le site http://www.ecollectivites.net. Je risque d'aller faire quelques sauts lors des différentes journées. Au plaisir de vous croiser

Exposition Ville Biomimétique, Ville de Demain du 21 au 28 février 2013



La ville de Vélizy Villacoublay, fortement impliquée dans la mise en place d’une stratégie Agenda 21 impliquant plusieurs grands chantiers organise un évènement pionnier, prospectif et optimiste durant sept jours sur le thème : « Ville Biomimétique, ville de demain ». L’exposition et les conférences auront lieu du 21 au 28 février 2013 à l’Onde, Théâtre et Centre d’Arts à Vélizy Villacoublay.
Le biomimétisme, fil conducteur de l’évènement, est « l’art de s’inspirer de la nature pour concevoir des produits, des procédés ou des systèmes innovants ». S’appuyant sur ce concept novateur et fortement ancrée dans nos réalités urbaines, Vélizy Villacoublay propose cette exposition multidisciplinaire permettant au public de découvrir à quoi pourrait ressembler la ville de demain et d’appréhender le monde urbain en construction compatible avec nos écosystèmes, donc avec le vivant.

Le public abordera le biomimétisme au travers de projets innovants déclinés autour de 6 thèmes : Ville et biomimétisme, Ville et organisation, Ville et structure, Ville et production, Ville et mobilité, Ville et numérique

En lien avec les thématiques, un cycle de six conférences est proposé au public : ville biomimétique, ville de demain - ville végétale, ville comestible – ville et mobilité, vers la ville fluide et intermodale – ville et structure, vers une architecture inspirée du vivant – ville interactive, mutations urbaines, mutations socio-économiques…
Ces conférences seront animées par des professionnels et artistes, tels que Luc Schuiten ou Karim Lapp, dans chacun des domaines traités.

 
Infos pratiques
du Jeudi 21 Février 2013 au Jeudi 28 Février 2013
l’Onde, Théâtre et Centre d’Arts - 8 bis avenue Louis Breguet
78140 VELIZY VILLACOUBLAY



Les conférences


Jeudi 21 Février - A l'auditorium de l'Onde
« Ville biomimétique, ville de demain » - 18h
-          Introduction de François Siegel, Rédacteur en Chef de la Revue Prospective « We Demain »
-          Karim Lapp, de l’Association Biomimicry Europa, ingénieur écologue spécialisé en écologie urbaine.
-          Luc Schuiten, Artiste visionnaire belge, imagine des cités végétales, magnifiques illustrations de villes inspirées des forêts.

Samedi 23 février - Au café de l'Onde

« Ville végétale, ville comestible » - 14h
-          Les potagers durables et écologiques par Nicolas Bel, Ingénieur agronome.
-          L’agriculture périurbaine : les enjeux du maintien de l’agriculture sur le plateau de Saclay par Dorian Spaak, Chargé de Mission au sein de l’association Terre & Cité.

« Ville et structure, vers une architecture inspirée du vivant » - 16h

-          Les prototypes de l’habitat urbain de demain : projet Canopea, vainqueur du « Solar Decathlon 2012 », par Benjamin Le Naour, diplômé de l’Ecole Nationale Supérieure d'Architecture de Grenoble.
-          Vers une architecture symbiotique inspirée du vivant par Anouk Legendre,Directrice associée de l'agence X-TU Architects

Lundi 25 Février - A l'auditorium de l'Onde
« Ville interactive, mutations urbaines, mutations socio-économiques » - 18h
-          Les réseaux intelligents : Issy Grid, premier réseau intelligent de quartier en France et So Digital, le nouveau réseau des entreprises innovantes de l’Ouest parisien par Eric Legale, Directeur Général d’Issy Media.

Mardi 26 Février - A l'auditorium de l'Onde
« Ville et mobilité, vers la ville fluide et intermodale » - 18h
-          Du produit au service : Citroën Multicity par Sylvaine Maury, Responsable Innovation Marketing Services et Digital chez Citroën.
-          Internet : impact sur nos modes de consommation et sur nos usages en matière de mobilité par Edwin Mootoosamy, co-fondateur de Oui Share, plateforme créative pour une économie collaborative.

Jeudi 28 Février - A l'auditorium de l'Onde
« Ville et organisation, ville en transition » - 18h
-          L'autonomie énergétique de la ville de Montdidier par Catherine Quignon-Le Tyrant, Maire et Conseiller Général,et Bernard Florin, Sous-Préfet

5.2.13

"Le mouvement, c'est la ville !" Forum Forum Île-de-France : quelle région en 2030 ?

Le mouvement, c'est la ville !

Forum Île-de-France : quelle région en 2030 ?

Vendredi 22.02 : 17h à 20h - samedi 23.02/2013 : 10h à 19h

Pour ma part, j'y serais certainement le vendredi après-midi.

(cliquez sur l'image pour agrandir)


Formulaire d'inscription : http://www.mc93.com/fr/invitations/le-mouvement-c-est-la-ville

2.2.13

Publication : "To a cultural perspective of mixed reality events..."

"To a cultural perspective of mixed reality events: a case study of event overflow in operas and concerts in mixed reality"


New Review of Hypermedia and MultimediaVolume 18, Issue 4, 2012Special Issue: Cultures in Virtual Worlds


Abstract 

Mixed reality defines the sharing of a space-time between the real and the virtual world. The definition of this concept is further extended when virtual worlds such as Second Life® (SL) are included. Through cultural events such as concerts and operas, we will see that the main goal of these kinds of projects is not simply to offer a video and audio broadcast of these events in the digital dimension. The current challenge is to create interactions between the individuals who are in different shared spaces. By studying the unfolding of these events in its various phases—before, during, and after—we examine the culture of the event. We question how the culture of the event can be transposed in a mixed reality display, and how this kind of event can affect people on both sides of the “membrane” made by the technical configuration. Beyond the alignments and adjustments that we can see between the different individuals involved in these events, we examine more broadly the changes and mutations of the culture of the event in this specific configuration.


Reference

Jean-François Lucas, Tracy Cornish, Todd Margolis (2012): To a cultural perspective of mixed reality events: a case study of event overflow in operas and concerts in mixed reality, New Review of Hypermedia and Multimedia, DOI:10.1080/13614568.2012.746741.

Link : http://www.tandfonline.com/toc/tham20/18/4